Réparations, protecteurs buccaux et blanchiment

Les réparations

Une des tâches du denturologiste est celle de réparer les prothèses dentaires. Malheureusement, ce fait est très souvent méconnu du public. Il n’est pas simple de réparer une prothèse brisée, car un tel travail doit être effectué minutieusement en plusieurs étapes, dans un laboratoire. Même lorsqu’elle est bien réparée, une prothèse doit être vérifiée en bouche par votre denturologiste.


Beaucoup de gens réparent eux-mêmes leur prothèse avec de la colle. Ils ont tort. Une telle réparation n’est pas durable et la présence de colle empêchera ensuite le denturologiste de repositionner adéquatement les parties brisées. Dans un tel cas, il vaut mieux vous adresser immédiatement a votre denturologiste; celui-ci ne recolle pas les parties brisées, mais il les joint à l’aide d’un acrylique neuf. Qu’il s’agisse d’une prothèse brisée ou d’une dent détachée, la réparation est toujours effectuée avec un nouvel acrylique.


Il faut toutefois signaler qu’une réparation n’est jamais garantie. Dans la majorité des cas, les brisures ou pertes de dent(s) surgissent lorsqu’une prothèse est vieille. Il est alors préférable de la renouveler pour la raison suivante. L’instabilité de la prothèse en bouche peut entraîner des problèmes d’occlusion et provoquer un bris, d’autant plus facilement que la prothèse est ancienne. Une réparation ne peut corriger les motifs à l’origine de la fracture, ce qui implique qu’un nouveau bris peut survenir, non plus à l’endroit de la réparation, mais juste a côté.


Si votre prothèse doit être réparée, consultez votre denturologiste. Étant donné sa compétence, il pourra effectuer une réparation de qualité et sécuritaire; il vous évitera ainsi bien des ennuis puisqu’il pourra, en même temps, faire les ajustements nécessaires.

Le protecteur buccal

Presque toutes les activités physiques énergiques peuvent être la cause d’accidents aux dents, aux lèvres, aux joues, à la langue et aux mâchoires. Certains sports sont cependant plus à risque que d’autres, notamment la boxe, le hockey, le football, le water-polo, le basketball et l’haltérophilie. Les personnes qui pratiquent ces sports devraient toujours porter un protecteur buccal.


Bien que cet appareil n’assure pas une protection à toute épreuve, il réduit cependant de façon importante le risque et la gravité des chocs sur la bouche et sur les dents, les blessures aux tissus mous de la bouche et les fractures de la mâchoire.


Les protecteurs buccaux sont classés en deux groupes : les préfabriqués, plus ou moins ajustables, et ceux faits sur mesure par un dentiste. Un bon protecteur buccal doit toujours être très stable en bouche et ne pas entraver la respiration ou l’élocution.

3 protecteurs buccaux

Le blanchiment des dents

Le blanchiment des dents est une procédure de plus en plus populaire. Parmi les méthodes les plus courantes, on retrouve :

  • le blanchiment au cabinet dentaire

  • le blanchiment à domicile à l’aide de gouttières

  • l’utilisation de produits en vente libre

Prenez note que les dentifrices, rince-bouche, gommes ou autres produits blanchissants ne décolorent pas les dents. Ils servent uniquement à éliminer les taches en surface.


Si vous voulez redonner de l’éclat à votre sourire, il est préférable d’en discuter avec le dentiste lors d’une prochaine visite. Ce dernier doit d’abord nettoyer vos dents et s’assurer, au moyen d’un examen complet, que vous n’avez pas de caries ou de restaurations défectueuses. Il pourra en outre déterminer pourquoi vos dents ne sont plus aussi blanches qu’avant, vous dire si vous êtes un bon candidat pour recevoir ce type de traitement et vous recommander un produit.


Certaines personnes réagissent mieux au traitement de blanchiment que d’autres. Celles qui ont des dents de teinte jaunâtre répondent habituellement mieux que celles qui ont des dents de teinte brunâtre.


Par ailleurs, les personnes dont les dents situées à l’avant de la bouche ont été restaurées avec des matériaux dentaires, comme des couronnes, des facettes ou des petites restaurations en composite, devront possiblement les remplacer après le blanchiment de façon à avoir des dents de même teinte.


Les études cliniques actuelles indiquent que la plupart des produits ne présentent aucun danger, à condition qu’on respecte à la lettre le mode d’emploi et qu’on lise bien les mises en garde. Les effets indésirables varient d’un patient à l’autre en fonction de l’état de santé de l’individu. La sensibilité des dents et une irritation possible des tissus mous comme les gencives sont les plus fréquentes.

Création de

Mention legale